La chiropraxie

Le père de la médecine, Hyppocrate, soulignait l‘importance de la bonne santé vertébrale. Longtemps abandonné aux “rebouteux“, la médecine aux mains nues était une médecine illégitime et discréditée. En France, il faut attendre 2002 pour que les patients puissent consulter librement un chiropracteur. Au plan mondial, la chiropraxie est la profession référente en thérapie manuelle. Deuxième profession de santé la plus consultée aux USA et, aujourd‘hui, en France, plus de 400 mutuelles remboursent les actes de chiropraxie.

Alternative et complémentaire de la médecine classique, la chiropraxie offre une approche naturelle et respectueuse des capacités d‘auto guérison.

La pratique de cette science clinique repose sur deux approches complémentaires et indissociables :

  • l‘approche structurelle, biomécanique
  • l‘approche fonctionnelle, neurobiologique

La chiropraxie structurelle

subluxation vertébrale (DIM), torticolis, névralgie, lombalgie “tour de rein“, lombalgie sacroiliaque, cruralgie, sciatique, periarthrite de l‘épaule, tendinite, entorse, déséquilbre pelvien, adaptation posturale douloureuse sur scoliose et/ou cyphose, discopathies et hernies, syndromes facettaires, contractures para vertébrales, jambe courte, bassin déséquilibré.

 

 

 

En phase aigüe, le chiropracteur fait un bilan du syndrome douloureux. Le conflit ostéoarticulaire est abordé en tenant compte de l‘histoire personnelle (anamnèse, diagnostique). Dès la première séance, le chiropracteur engage un traitement antalgique (ajustement, traitement reflexe, points “gâchette“, TENS, etc.). L‘objectif est d‘obtenir un soulagement rapide. Des solutions naturelles sont discutées afin de permettre une gestion responsable de cette période douloureuse et inflammatoire.

En phase chronique, la stratégie thérapeutique vise, en priorité, à éduquer. Un bilan postural incluant des radiographies sont parfois nécessaires pour comprendre son « schéma corporel » et les processus adaptatifs à l’origine des douleurs ressenties. Une vieille entorse ou une lésion ligamentaire oubliée peuvent être compensées en silence. Insidieusement, les tensions se concentrent puis, un jour, les contraintes se font douloureuses. Parfois, ces zones fragilisées peuvent céder sous l‘effet d‘un choc, c‘est la fracture ! Dans ce cas, la chirurgie répare mais les mauvaises postures persistent. Une bonne attitude consiste à corriger régulièrement certains schémas adaptatifs jusqu‘à ce que le corps retrouve un équilibre plus vertueux et protecteur de votre “capital“ ostéoarticulaire.

L‘arthrose. En anglais, l‘arthrose se dit “dejenerative joint disease“. Le processus arthrosique se développe lentement. Plusieurs stades d‘arthrose existent. Dans les stades I-II, le chiropracteur intervient dans le but de maintenir la mobilité intersegmentaire. L‘ajustement vertébral favorise la microcirculation et les échanges métaboliques afin d‘éviter le développement péri articulaire de tissus fibreux, cicatriciels et non irrigués. Les exercices posturaux prodigués retardent l‘évolution et l‘ankylose. Dans les stades III-IV, la fibrose tissulaire ne permet plus l‘apport métabolique et nutritif à l‘articulation. Elle se déssèche. Les ostéophytes se forment et l‘ankylose s‘installe de manière quasi irreversible. Le chiropracteur adapte sa technique afin de soulager.

La chiropraxie fonctionnelle

céphalées, maux de tête, acouphènes, vertiges, désordres neuroviscéraux, dyspnées, dysphagies, anxiété, sommeil, contrôle diaphragmatique, ballonnement, troubles sphère genitourinaire, impuissance, aménorrhée

La chiropraxie fonctionnelle étudie la relation entre le système neuro vertébral et le métabolisme. Le système neuro vertébral est un régulateur des fonctions vitales (cardiorespiratoire, digestif, urinogénital, etc..). Sur le plan neurophysiologique, l‘impact de l‘ajustement vertébral sur la santé comporte encore des zones de méconnaissances. Science clinique, la chiropraxie apporte sa contribution à la progression des neurosciences. La recherche chiropractique publie régulièrement des résultats d‘observations cliniques qui attestent de l‘efficacité du traitement chiropractique sur certains symptômes d‘origine neuro fonctionnelle. A minima, la stimulation neuro vertébrale contribue au bien être et renforce les capacités d‘adaptation et de résistances naturelles de l‘organisme.